Problématique du séminaire RPS

La montée du thème des risques psychosociaux (RPS) apparaît à la fois comme une préoccupation sociale, collective donc, dans l’espace public, tout en faisant très souvent l’objet de lectures et de réponses à dominante psychologisante et individualisante. On observe certes une certaine diversité des modalités de « prise en compte » des phénomènes désignés comme « stress au travail » ou RPS dans les entreprises : des mesures visant à assister psychologiquement les plus « fragiles », dont la santé mentale est déjà atteinte (dite aussi « prévention tertiaire ») ; à « aider les salariés – encore valides –  à gérer leur stress », en renforçant leurs capacités à y faire face (« prévention secondaire ») ; à mettre en place des enquêtes par questionnaire ou des observatoires du stress ; à aménager les méthodes de management ; enfin à intervenir sur l’organisation du travail lui-même,  ou à ouvrir le débat sur les dimensions collectives du travail (« prévention primaire »).

Cette diversité est travaillée par la tension entre au moins deux lectures opposées des phénomènes de « stress » : une lecture mettant l’accent sur la fragilité individuelle des salariés et la responsabilité de facteurs extra professionnels ; une lecture d’inspiration ergonomique mettant à l’inverse l’accent sur les facteurs organisationnels. Enfin cette diversité n’empêche pas la mise en place plutôt consensuelle – voire d’accords collectifs –  se traduisant le plus souvent par des dispositifs d’observation et de prévention « tertiaire » et « secondaire ». C’est que, par hypothèse, la tension entre ces deux grandes lectures traverse tous les acteurs.

Les RPS  sont ainsi susceptibles de radicaliser certains enjeux anciens de la santé au travail : Au plan de l’approche des causalités qui relient le travail et la santé (le travail comme facteur à la fois délétère et positif) ; au plan des relations entre les types de savoirs portés par les acteurs de la santé au travail, avec les circulations, les tensions, et les métissages entre ces savoirs ; au plan des relations entre savoirs savants ou experts et action,  du système d’acteurs de la santé au travail et des conceptions fondamentales qui l’animent : les RPS incitent-ils au dépassement de la division « taylorienne » des savoirs entre savoirs experts et savoirs indigènes des travailleurs ? Favorisent-ils une ré-appropriation syndicale des enjeux du travail ? Sont-ils un terrain de rapprochement ou de maintien de la distance entre dirigeants d’entreprise et représentants des salariés ? Quel est le rôle des cabinets de conseils dans le développement et dans l’orientation des dispositifs mis en place dans les entreprises, dans la construction sociale et le traitement de la question RPS ? Dans quelle mesure les RPS sont un des leviers de l’élargissement en cours des enjeux de santé de la sphère des relations sociales en entreprise (« santé au travail ») vers la sphère de l’action publique (« santé publique ») ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *